LA BIENVENUE AUX FAMILLES UKRAINIENNES

 


L’Angélus accueille nos familles ukrainiennes !!!

Les événements se précipitent. On attendait deux familles en fin mai ; trois familles sont arrivées le 29 avril. Trois femmes avec chacune un jeune enfant. Elles ont immigré ensemble pour pouvoir s’encourager et s’entraider. De l’Ukraine, elles ont migré vers la Pologne pour ensuite arriver très récemment au Québec. Les conjoints sont demeurés au front. Nous les avons logés au presbytère de Sainte-Monique, libre depuis le regroupement des prêtres dans un autre presbytère. Tout cela est providentiel : elles sont logées dans ce bâtiment qui correspond parfaitement pour trois petites familles.

Et c’est vendredi à midi pile que nos petites familles sont arrivées au presbytère. L’Angélus qui accompagnait notre accueil sonnait à tout rompre ! Cela donnait beaucoup de sens à leur arrivée, car le son de l’Angélus rappelle aux chrétiens à rendre grâce à Dieu et appelle à travailler à sa vigne.

Nous avions une journée pour nous préparer. Des organismes communautaires locaux nous ont fourni en urgence pour l’ameublement manquant, des accessoires de cuisine, de la nourriture, de la literie, etc. Un paroissien bénévole s’est départi d’une belle télévision HD. C’était tellement réconfortant et encourageant de voir leur réaction. Pendant cette première journée, les femmes et les enfants nous remerciaient continuellement pour les avoir aidés. Ces remerciements appartiennent à tous les organismes communautaires et toutes les personnes qui les ont aidés de près et de loin. Nous pouvons vous affirmer que c’est très émouvant pour nous de les côtoyer.

Maintenant, il importe de les soutenir pendant leur séjour dans votre milieu., par des gestes communautaires. Il s’agit de financer l’achat de nourriture, les vêtements, des articles scolaires, tout ce qu’il faut pour vivre ici. Vous serez sollicités financièrement prochainement lors d’une campagne de financement planifiée à court terme. Les fabriques de Notre-Dame-de-l’Annonciation et Saint-Ambroise de la Jeune Lorette ont prévu la constitution d’un fonds spécial pour recueillir vos dons.  Vous pouvez faire un don dès maintenant dans des enveloppes disponibles dans votre église, en y inscrivant vos coordonnées et le mot Ukraine sur l’enveloppe. Vous pouvez aussi faire un don en ligne en vous rendant sur le site Internet de la paroisse Saint- Ambroise de la jeune Lorette : www.saint-ambroise.org. Vous recevrez un reçu de charité en fin d’année.

Au nom du CAARU merci à tous !!!

 

Luce Dubé

Agente de pastorale

Unité Missionnaire Nouvelle Lorette

 

 

Frères et sœurs bien-aimés dans le Christ,
Je prends le temps de vous raconter un évènement « digne de Pâques ». En mars dernier, alors que l’invasion de l’Ukraine, initiée par le président Poutine bat son plein au grand désarroi du monde entier, avec ses multiples conséquences désastreuses (notamment le déplacement de plus d’un million de réfugiés à ce moment-là, maintenant pas moins de 5 millions, en grande majorité des femmes, des enfants et personnes âgées), une idée est lancée. C’est sur la table de l’Assemblée de Fabrique Notre-Dame-de-l’Annonciation, qui jonglait alors avec la possibilité de vendre ou louer le presbytère inhabité de Ste-Monique les Saules, qu’elle est déposée. Et si on conservait le presbytère pour accueillir une famille ukrainienne? La suggestion est accueillie favorablement.

Profitant de la force de l’unité pastorale que forment nos deux grandes paroisses avec leurs huit églises, l’équipe pastorale s’est lancée dans un projet d’accueil devenu possible grâce notamment à l’ouverture des marguilliers concernés. Confié au leadership de Luce Dubé, animatrice de pastorale, et à l’abbé Benoît Gingras, prêtre associé, ceux-ci ont créé des liens avec des organismes communautaires et des partenaires de nos milieux (St-Vincent de Paul, Partage Chrétien, etc…) prêts à se lancer dans cette aventure humanitaire. Le but était alors de créer une piste d’atterrissage pour accueillir éventuellement une famille. Sans être pleinement convaincus que ces efforts seraient vraiment utiles car d’autres projets du genre dans le passé n’avaient pas trouvé preneur…, tout ce monde s’est activé pour être prêt à ce que certains considéraient plutôt improbable…. Un lien avec la communauté ukrainienne de Québec en début avril a permis de passer de l’improbable au probable…

Des baptisés engagés de nos deux grandes paroisses ont déployé temps, énergie, compétences et parfois aussi argent personnel, pour favoriser un possible atterrissage.

Or, le lundi 25 avril dernier, un téléphone nous confirmait qu’une famille arriverait chez nous à la fin mai ou au début juin. Nous nous réjouissions tous de savoir que notre intuition et tous les efforts déployés se trouvaient confirmés par cet appel de la responsable de l’accueil des réfugiés ukrainiens à Québec. Mais la réjouissance (et la pression aussi !!!) s’est intensifiée lorsque deux jours plus tard (jeudi), la demande de recevoir plutôt 3 petites familles, et cela non pas à la fin du mois de mai mais dans les 30 heures qui suivent, nous était acheminée. La piste d’atterrissage (le presbytère Ste-Monique sur le boul. Masson) n’étant pas complètement prête, notre chère Luce et toute l’équipe de baptisés engagés et organismes partenaires ont fait un effort magistral pour compléter à la hâte les préparatifs. Et le lendemain, le
vendredi au midi, sous le son de l’angélus lancé depuis le clocher de l’église Ste-Monique, nous sont arrivées les trois petites familles pour le moment monoparentales (les pères étant retenus au front) accompagnées d’une travailleuse sociale et d’une interprète, une Ukrainienne habitant Québec depuis 10 ans. Point besoin de vous dire : beaucoup d’émotions, de bienveillance, de générosité, d’humanité!!!

J’ai eu le privilège d’aller rencontrer nos hôtes en ce premier lundi de mai au matin: trois jeunes femmes avec chacune un enfant : Danylo (5 ans), Iliona (9ans) et Maxyme (12 ans). Attablés, ils partagent avec leur mère le petit déjeuner dans la cuisine du presbytère baignée d’une douce lumière. Depuis deux jours, le sommeil se fait réparateur. Quelques mots de français sont déjà maîtrisés par les enfants. Les trois mères sont profondément reconnaissantes pour l’accueil qui leur est manifesté. Elles dégagent du même coup une énergie et une volonté étonnante. Nous souhaitons collaborer… Nous pourrions nettoyer le terrain du presbytère embarrassé par les restes qu’a laissé l’hiver. Pourrions-nous planter des fleurs le temps venu?
Planter des fleurs!!!

Quelle belle image pour illustrer ce qui est en train de se vivre pour ces familles mais aussi pour nous comme communautés chrétiennes. Sorties du tombeau d’une guerre injustifiée qui sévit en leur pays, ces six personnes bénéficient d’une forme de dimanche de Pâques rendu possible grâce à la foi et à l’engagement d’un nombre grandissant de paroissiens et paroissiennes. Leur présence parmi nous nous fait sortir, à notre tour, d’une forme de léthargie qui nous enferme à certains jours lorsque nous oublions qu’être chrétien, c’est être là où un verre d’eau est donné, un vêtement est tendu, un espace est partagé…. Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. Mt 25.40

Vraiment PASCAL ce que nous vivons!!!

Prions pour que la lumière de Pâques se déploie totalement par la fin de cette agression russe.

Mario Côté, prêtre
Responsable de l’équipe pastorale et missionnaire de la Nouvelle-Lorette
Pour contribuer à l’accueil des réfugiés
ukrainiens: vous pouvez le faire sur cette page en cliquant sur « FAIRE UN DON ».